Dans cette partie, on va simplifier la conception du mouvement esistentialiste, en premier abord, on va le définir ce mouvement, en deuxieme abord présenter les poles et finalement les principes.


Débutons par:

          1. Définition:

            L’existentialisme est un courant philosophique et littéraire qui postule que l'être humain forme l'essence de sa vie par ses propres actions. Il considère chaque personne comme un être unique qui est maître, non seulement de ses actes et de son destin, mais également, pour le meilleur comme pour le pire, des valeurs qu'il décide d’adopter.Il est une des doctrines philosophiques les plus importantes de notre époque. Il considère l’homme comme un être responsable de son destin : il crée le sens et l’essence de son existence.   L’existentialisme est une des doctrines philosophiques les plus importantes de notre époque. Même si le concept est d’un emploi récent dans l’histoire de la pensée, son objectif a été énoncé depuis l’antiquité grecque. L’existentialisme français, dans sa version athée, repose sur l’idée que l’existence ne se déduit pas, elle n’est ni démontrée, ni justifiée, elle s’impose.
            Selon le PETIT ROBERT : C’est une « doctrine philosophique selon laquelle l’existence de l’homme précède son essence, lui laissant la liberté et la responsabilité de se choisir ».
            Selon SARTRE : « La première démarche de l’existentialisme est de mettre tout homme en possession de ce qu’il est de faire reposer sur lui la responsabilité totale de son existence ».
          2. Pôles:
            Les trois pôles de l’existentialisme sont : Jean Paul Sartre, Simone De Beauvoir, Albert Camus. Présentons, en premier lieu, Jean Paul Sartre. La première question qui se pose : Qui est Jean Paul Sartre ?

            Sartre[1]

            Il est philosophe, écrivain, peintre, essayiste, dramaturge parisien, critique français, penseur révolutionnaire     par excellence qui refuse le socialisme, la bourgeoisie. Il est un symbole, un des modèles intellectuels engagé.

     Selon lui, le prix est politivisé, c’est pour cela il a refuse en 1964 le Prix Nobel de la littérature grâce à son œuvre autobiographie LES MOTS (1964). Lors de sa première vie, il était communiste…après, il est détaché du mouvement communiste.

   Les idées de Sartre sont développées dan ces deux œuvres :

  • L’Etre et le Néant (1943) : La liberté est placée comme un fondement principal de                                                                                                                                                           l’homme.
  • L’Existentialisme est un Humanisme (1946).

 

D’autres œuvres principales :

  1. Les Mots(1963)
  2. La Nausée(1938)
  3. L’Imaginaire

 Durant la Deuxième Guerre Mondiale, pendant l’occupation de France, Sartre a écrit plusieurs pièces de théâtres citons :

  1. Huit Clos (1944)
  2. Le Mur    
  3. Les Mouches (1943)

    Il met la littérature et l’écriture en service de la philosophie .Notons que la théorie existentialiste apparait dans son essai philosophique L’Etre et le Néant, c’était la formule suivante :

« L’existence précède l’essence »

Dan cette formule, Sartre sape la théorie religieuse qui consiste que : L’âme est conçue avant l’existence physique.

Dans Huis Clos (1944), il considère que « L’Enfer c’est les Autres ».

   Sartre considère l’être humain comme une valeur et il refuse de le considérer comme un objet. Il faut noter que les thèmes de l’existentialisme sont formules par Sartre : L’homme pour donner un sens à sa vie, ne peut compter que sur lui-même, sur sa responsabilité, sur la liberté de son engagement plongé dans un monde matériel et historique qui définit sa situation, l’individu est confronte à une réalité opaque, objective, impénétrable, livrée à lui-même, sans secours, l’homme perçoit l’existence comme une angoisse.

Pour  Sartre, la vie humaine est très absurde comme un abondant : « L’Enfer c’est les Autres »

Il a partagé la vie philosophique avec Simone De Beauvoir. Mais qu’est ce qu’on sait à propos d’elle ?


Simone De Beauvoir(1908-1986)

           Elle est écrivain français et professeur de philosophie, essayiste, épistolaire...Elle a fait de nombreux voyage qui lui ont inspiré des essais sociopolitiques. Romancière existentialiste dont la vie et la pensée sont liées à celles de J.P.Sartre, elle a voulu écrire tout des œuvres « signifiantes », quelle que soit la forme adoptée (roman, essai, ou récit autobiographique), son propos reste philosophique. Elle est contre la bourgeoisie, malgré qu’elle soit issue d’une famille bourgeoise.

   Voulons faire sentir que nous ne jouissons pas d’une liberté absolue, mais vivons dans le monde de l’intersubjectivité, l’écrivain s’attache  à décrire les difficiles relations de réciprocité et tente définir une relation authentique entre l’homme et la femme dont elle affirme, indépendamment de la sexualité et de la situation sociale privilégiée de l’homme.

   Cette recherche d’une morale authentique, qui est le thème de son œuvre romanesque, s’exprime également dans la remarquable suite de récits autobiographiques ou Simone de Beauvoir dépeint son « projet d’englober le monde dans l’expérience de sa vie dans : Mémoires d’une jeune fille ragée (1958).

   Elle est une femme de lettres française, elle forme avec Sartre un couple mythique d’amour et de littérature…on peut détecter son engagement par ses idées existentialistes avec Sartre...

Simone de Beauvoir est la fondatrice du courant féminisme : c’est un mouvement qui réclame les droits de la femme dans la société civile et dans les secteurs privés (dans la famille)…Par ses idées existentialistes, elle n’est pas acceptée par la société : Elle est avec le concubinage, l’avortement, le divorce…

    De ses œuvres principales :

  • Les Mandarins (1954) : grâce à cette œuvre elle a reçu le prix Goncourt, en 1959.
  • Deuxième sexe (1949)
  • La cérémonie des adieux (1980)
  • La Force de l’âge (1960)

 

Ces ouvrages évoquent avec force sa réflexion critique à l’égard des traditions et du conformisme comme son amour violent de « la multiple splendeur de la vie », confronté à l’angoisse de la vieillesse et au scandale de la mort…

 

  Sa citation la plus importante c’est :

« On ne nait pas femme, on le devient ».

 


  Enfin, on présente :

 

 Albert Camus: (1913-1960)

      Ecrivain français, philosophe, dramaturge et essayiste...Il est grand ami de Sartre

    

    Il a pris Le Prix Nobel (1957) pour avoir « mis en lumière les problèmes se posant de nos jours a la conscience des hommes. Camus  a exprime une expérience intérieure complexe, toujours en mouvement, et qu’a murie la confrontation entre sa soif de bonheur et le « silence déraisonnable du monde ».

   

    Entré « dans le mouvement irrésistible par lequel l’absurde se dépasse lui-même », Camus s’efforça d’orienter une révolte d’abord conçue comme individuelle vers une morale collective qui exalte la solidarité humaine face au mal.

  

    Conscient également des malentendus auxquels prête l’utilisation « littéraire » de la langue, Camus s’est montre un styliste exigeant, a la recherche de procédés d’écriture étroitement adaptes a leur objet et tendant vers une neutralité maximale, lyriques…

      

  Ses œuvres principales :

  • L’Homme révolté.
  • Les temps modernes.
  • La Chute.
  • Les Justes.
  • La Peste.
  • Les justes.

 

De ses citations, on cite :

«L’absurde nait de cette confrontation entre l’appel humain et le silence absolue du monde »

« Je ne sais pas si ce monde a un sens qui le dépasse mais je sais que je ne connais pas ce sens et qu’il m’est impossible de le connaitre, que signifie pour moi une signification hors de ma condition ? »

  Deux solutions, selon lui :

  • Soit accepter la religion et l’admettre : La religion ne va pas avec la raison, la logique.
  • Soit faire des projets, fixer des buts : Il n’y a pas de futur, ce qui pèse c’est le présent.

précédente                                                                                                                                                suivante